10 novembre 2006

Lukas

sans_titre

Posté par erbaclm à 15:47 - - Commentaires [7] - Permalien [#]


Commentaires sur Lukas

    clarifiaction

    Est-ce que tu veux dire qu'il faut faire semblant d'être macho ou qu'il faut jouer au macho pour cacher ses tendances feminine?

    Posté par pc, 13 novembre 2006 à 05:02 | | Répondre
  • Macho fichu (un cas)

    Désolé pour le cryptage archéologique d'amérique centrale.
    Le film est excellent, le message cependant lui aussi crypté à cause de détails importants peu lisibles…
    tw.

    Posté par animateur n°2, 13 novembre 2006 à 09:02 | | Répondre
  • Je donnerai raison à tous ceux qui diront que l'affiche fonctionne beaucoup moins bien que le gif dans la mesure ou l'on ne voit plus le personnage se vernir les ongles des doigts de pied(l'affiche étant la dernière image du gif).
    Je n'ai pas fait ce travail pour énoncer une généralité ou donner un slogan comme on peut en lire sur la plupart des affiches qu'on peut voir dans la rue, bref, on est plutôt ici en présence d'une micro histoire, un "instant", je crois.
    Dans cette histoire le personnage dis qu'il vaut mieux se comporter en macho quand le soir on se surprend à se vernir les ongles en rouge écarlate. Le texte dans le dos agit comme une bulle dans une case de BD.
    Par la bien sur je ne fais pas de l'humour sur les homosexuelsou les transformistes, mais d'avantages sur les machos.
    J'espère avoir répondu aux questions, sinon on est pas sans se revoir. tchao

    Posté par lukas, 13 novembre 2006 à 14:03 | | Répondre
  • excellent

    Je le trouve bien ton film !Les hommes auraient donc des carapaces?En tout cas je trouve ca excellent qu'un homme mette du vernis ça leur va aussi bien que nous.

    Posté par lalo, 14 novembre 2006 à 00:22 | | Répondre
  • 5ème Reich

    Il est fort ce steve Reich avec ses papis métronomes. A soixante dix ans ils ont encore les bras pour secouer un maracas pendant dix minutes à 120 bpm! Pour être sérieux deux minutes je dois dire que ce qu'on vient d'entendre au théâtre est transcendant, mélodiquement, rythmiquement. On dirait une énorme équation que les musiciens metteraient 50 minutes à résoudre. Un paysage sonore époustouflant. Pour ceux qui l'ont vu ça m'a fait tout de suite à Koyaanisqatsi de Godfrey Reggio, musique de Philip Glass; j'ai vraiment revu les images du film en fermant les yeux devant l'orchestre de Steve reich. Bref on aura peut être l'occasion d'en reparler. Comme dit mon petit voisin: sa mère Steve Reich! ca tabasse!
    A bientôt. désolé pour le hors sujet

    Posté par lukas, 16 novembre 2006 à 23:51 | | Répondre
  • YuPyUp!

    Bravo Lukas d'utiliser ce Blog
    comme un Blog!
    C Fé Fur Zat!
    lol(o__o)°°

    Posté par loulou, 17 novembre 2006 à 18:49 | | Répondre
  • Dis donc Dudim

    Hier c'était improvisation à Puzzle dans le cadre du "Jazz Dudim". D'abord le duo Higashi / Marchietti, danseuse et traficotteur de machines. Sous une légère douche de lumière le duo démarre, lui manipulant toutes sortes de lecteur (CD, etc...) créant autant d'interférences elles-même produisant les sons sortant des haut-parleurs. Elle, recroquevillée sur la table juste à côté de lui commence alors à s'étirer, s'ouvrir puis à râler dans une langue extrêmement orientale. Les sons(ronflement, sifflement,...) comme les mouvements de la danseuse occupent le petit espace éclairé; elle, n'hésitant pas à grimper sur son acolyte aussi lentement qu'un paresseux sur une branche...mais en plus encombrant. J'était impressionné par la capacité des ondes à produire autant de sonorité toutes plus séduisantes les une que les autres. A mon goût c'est un duo qui fonctionne!
    Après l'entracte vient s'installer un deuxième duo de musiciens norvégiens, Ingar Zach et Ivar Grydeland. L'un aux percussions l'autre près de ce qui ressemblait à un poste de radio, muni d'un banjo et d'une simili guitare le tout aidé par des pédales d'effet. Le percussionniste devant deux caisses claires et un grand roto-tom ne tape pas sur les peaux (pour l'instant) mais les frôle ou les fait résonner à l'aide d'une panoplie de cloches. Il utilisera aussi des micro ventilateurs dont les hélices vont venir tapoter les peaux et les cloches. Le tout va crescendo accompagné de boucles percussives sorties de petit haut-parleurs disposés sur les caisses claires et le guitariste esquisse alors quelques courtes phrases mélodiques habillant le rythme de plus en plus intense et structuré.
    Le tout m'a vraiment plu et motivé, le son faisant partie de mes préoccupations dans l'intimité et à l'école. Voilà. Si! au fait , si quelqu'un à des photos de la soirée de cloture de nordik impakt histoire de voir à quoi ressemblait le décor, l'année prochaine ptet' j'irais...

    à bientôt

    Posté par lukas, 20 novembre 2006 à 12:18 | | Répondre
Nouveau commentaire